La table de Cotreau

26 mars 2020

Méditerranée: rencontrer les dauphins

Récemment, j'ai fait une rencontre inter-espèce : j'ai nagé avec des dauphins. Il s'agissait de dauphins sauvages, et le moins qu'on puisse dire, c'est que cela s'est avéré être une expérience incroyable. Pourtant, j'ai entendu certains participants se plaindre que les dauphins les évitent. Alors qu'en fait, cette réaction des dauphins était due à leurs agissements ! Cette mauvaise foi m'a donné envie de rédiger ce billet. Si vous projetez de les découvrir dans leur milieu naturel, je vous livre quelques recommandations qui vous permettront de faire de cette rencontre un moment mémorable. Tout d'abord, il faut éviter de se jeter à l'eau. Lorsque vous entrez dans l'eau, vous vous glissez dans leur environnement. C'est comme si vous entriez dans une pièce pour y rencontrer des gens. Si vous entrez en vous jetant dans la pièce, vous donnez évidemment une mauvaise image de vous-mêmes. Ensuite, il faut garder les bras le long du corps lorsqu'on nage. Cela permet d'éviter de caresser leur peau. Vous vous demandez certainement pourquoi il ne faut pas les toucher. C'est tout simple. Imaginez que vous marchiez dans un parc au milieu d'inconnus. Croyez-vous que ceux-ci verraient d'un bon oeil le fait que vous vous mettiez à les caresser ? Ils se diraient que vous n'avez pas élevé les cochons ensemble ! En tout cas, si vous décidez un jour de nager avec des dauphins, veillez à ne jamais le faire en bassin. Si vous voulez nager avec des dauphins, c'est qu'a priori, vous les appréciez. Pourtant, les dauphins qui vivent en captivité sont de simples esclaves. En payant pour voir ceux-là, vous entretenez cet esclavage. J'ai fait cette expérience dans le sud de la France !Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de cette expérience de nage avec les dauphins en Méditerranée.

dauphins

Posté par cotreau66136 à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 mars 2020

Serena Williams reprend du service

Serena Williams a été condamnée à l'une des pénalités les plus élevées en tennis lors de la finale de l'US Open samedi après que l'arbitre de chaise l'ait accusée de tricherie, déclenchant une dispute houleuse qui a embrouillé le match historique dans la controverse. Le monde du tennis professionnel a répondu au match, certains joueurs défendant Williams. Jouant dans sa 31e finale du Grand Chelem - et sa deuxième depuis l'accouchement - Williams a perdu contre Naomi Osaka, 20 ans, la première femme japonaise à remporter un tournoi majeur, après avoir perdu un point et un match aux tirs au but pour trois violations de code consécutives . La United States Tennis Association a déclaré dimanche que Williams avait été condamné à une amende de 17 000 $ pour le match: 4 000 $ pour l'avertissement des entraîneurs; 3 000 $ pour avoir brisé sa raquette; et 10 000 $ pour les «abus verbaux». Tout a commencé lorsque Carlos Ramos, l'arbitre de chaise, a accusé Williams d'avoir été entraîneur de la surface - une accusation que l'athlète la plus décorée du tennis féminin a prise avec offense. Je comprends pourquoi vous pensiez que c'était du coaching mais je vous dis que non. Je ne triche pas pour gagner. Je préfère perdre. Je veux juste vous le faire savoir », a déclaré Williams à l'arbitre. L'arbitre a délivré à Williams une violation de code pour l'entraînement, ce qui est contraire aux règles. Mais il n'était pas clair si elle était au courant de cela, car elle semblait stupéfaite après avoir reçu une autre violation de code, pour avoir cassé sa raquette de frustration, ce qui a entraîné une pénalité de point. Après avoir vu la déduction de points dans le score, Williams a repris la discussion avec Ramos, lui disant qu'il lui devait des excuses pour l'avoir accusée d'avoir été coachée. Tu me dois des excuses », a-t-elle dit à l'arbitre. Je n'ai jamais triché de ma vie. » Plus tard, tout en demandant à nouveau des excuses, Williams a dit à Ramos: Tu m'as volé un point. Tu es un voleur aussi. Pour cela, Ramos lui a donné une troisième violation de code pour abus verbal, résultant en une pénalité de jeu qui a mis Osaka à quelques services de sa première victoire en Grand Chelem. Voici une vidéo de l'interaction: Alors que l'arbitre consultait Ramos, Williams, au bord des larmes, s'est adressée à Donna Kelso, superviseure de la Women's Tennis Association, disant qu'il n'était pas juste qu'elle ait été pénalisée pour avoir entraîné. Je n'étais pas entraînée », a déclaré Williams. Tu me connais. Vous connaissez mon personnage et ce n'est pas vrai. Ce n'est pas juste. Cela m'est arrivé trop de fois. » Vous savez combien d'autres hommes font des choses - ils font bien pire que cela. Ce n'est pas juste », a poursuivi Williams. Il y a beaucoup d'hommes ici qui ont dit beaucoup de choses et parce que ce sont des hommes qui ne leur arrivent pas. » Dans une interview après le match, l'entraîneur de Williams, Patrick Mouratoglou, a admis avoir été entraîneur, mais a déclaré qu'il ne pensait pas que son joueur le regardait et a accusé l'arbitre d'appliquer la règle de manière incohérente. J'étais comme 100% des entraîneurs dans 100% des matchs », a déclaré Mouratoglou à un journaliste. Il a souligné que Ramos a présidé la finale de Rafael Nadal, dont l'entraîneur, Mouratoglou a déclaré, entraînait chaque point. » Ils n'ont jamais donné d'avertissement. Je ne comprends pas vraiment. C'est étrange », a-t-il ajouté. Lors d'une conférence de presse après le match de samedi, Williams a déclaré qu'elle jugeait sexiste que Ramos lui enlève un match. Il n'a jamais pris un match à un homme », a-t-elle déclaré. C'est scandaleux." Elle a conclu en disant qu'elle espérait que la controverse, bien que défavorable pour elle, serait bénéfique pour la prochaine joueuse qui a des émotions et veut s'exprimer. » Peut-être que cela n'a pas fonctionné pour moi, mais cela fonctionnera pour la prochaine personne », a déclaré Williams. Ce n'était pas la première fois que Williams était pénalisé pour s'être disputé avec des officiels de l'US Open. En 2009, elle a été condamnée à une amende de 82 500 $ et placée en probation pour avoir insulté et menacé une personne qui avait dénoncé une faute au pied contre elle. Elle a de nouveau été condamnée à une amende en 2011 pour s'être disputée avec l'arbitre lors du match de championnat. Sans surprise, la controverse a suscité beaucoup de réactions en ligne quant à savoir si les sanctions étaient justes et si elles représentaient un double standard dans le tennis.

Posté par cotreau66136 à 10:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2020

Se poser à Athènes

L'Airbus A380 est une bonne nouvelle pour l'industrie du transport aérien, qui subit les contrecoups de la crise économique, de la hausse des prix du carburant et d'un niveau élevé de concurrence. L'appareil exprime luxe, finesse et efficacité énergétique grâce à l'utilisation des technologies les plus modernes dans la fabrication des avions. Les meilleures compagnies aériennes du monde ont réussi à se procurer cet avion, et Emirates Airlines en fait partie. Emirates Airlines a été l'une des premières compagnies aériennes au monde à mettre la main sur l'avion Airbus A380. La compagnie aérienne a toujours été populaire pour l'adoption de nouvelles technologies ainsi que pour la recherche de nouveaux moyens d'offrir davantage aux clients. La compagnie aérienne a tiré le meilleur parti des avions déjà en route vers des destinations aux couleurs vives d'Emirates Airlines et chaque passager de cet avion loue la combinaison parfaite entre un avion formidable et les services à la clientèle les plus extraordinaires, ce que la compagnie aérienne a toujours été célèbre pour. La compagnie aérienne a déjà rationalisé les opérations de ses 25 appareils Airbus A380, qui font maintenant partie de sa flotte, et desservent déjà diverses destinations, notamment Tokyo, Sydney, Séoul, Paris, Munich, Manchester, Kuala Lumpur, Djeddah, Pékin, Auckland. , Toronto, Shanghai, Rome et l'aéroport John F. Kennedy de New York, l'aéroport d'Heathrow à Londres, Melbourne, Johannesburg, Hong Kong, Bangkok et Amsterdam. Outre les liaisons déjà empruntées par l'Airbus A380 d'Emirates Airlines, cet avion doit désormais se rendre à Athènes, en Grèce. Emirates Airlines a toujours misé sur l'expansion à tous les niveaux et en offrant à ses clients à Athènes l'occasion de faire l'expérience de l'expérience incroyable d'un vol d'Airbus A380, simulateur Boeing la compagnie aérienne a encore une fois affirmé sa vocation à être une compagnie qui croit plus que jamais. L'Aéroport international d'Athènes est prêt à accueillir le premier vol Emirates Airlines Airbus A380 le 26 octobre 2012. Ce geste est également un moyen de faire savoir aux passagers de la Grèce que Emirates Airlines s'engage à y mener ses activités. Bien que le vol à destination d'Athènes n'indique pas que la compagnie aérienne assurera des vols réguliers d'Airbus A380 à destination de la Grèce, la compagnie aérienne envisage de lancer des opérations régulières de l'A380 vers les villes de Singapour et de Moscou à partir du mois de décembre 2012. L'Airbus A380 Emirates Airlines est devenue une compagnie aérienne qui adopte sans cesse les meilleurs avions proposés, ce qui témoigne de son engagement à innover sans cesse sur tous les fronts.

Posté par cotreau66136 à 09:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2020

Le Frexit sur la table

L’analyse des réponses des internautes à la Boussole électorale de France 24* montre que la question d’un éventuel Frexit est un sujet majeur de la campagne électorale. Parmi les plus de 45 000 internautes ayant répondu à notre test, les soutiens de Marine Le Pen sont 91 % à être en faveur d’un référendum sur une sortie de la France de l’Union européenne quand 70 % des soutiens d’Emmanuel Macron y sont opposés. Explications avec Howard Cohen, en charge de la Boussole électorale chez Vox Pop Labs. France 24 : Que montre la Boussole électorale sur la question du Frexit ? Howard Cohen : Les données tirées de la Boussole électorale montrent que 49 % des personnes ayant fait notre test sont en faveur d’un référendum sur l’adhésion de la France à l’Union européenne. Le chômage, l’économie et l’immigration font partie des thèmes majeurs de cette campagne, mais tous ces sujets sont liés d’une façon ou d’une autre au Frexit. L’adhésion à l’UE suppose la libre-circulation des travailleurs, ce à quoi sont opposés les partisans du Frexit qui accusent les travailleurs venus d’autres pays européens de concurrence illégale, notamment en raison de la directive européenne sur les "travailleurs détachés". Par ailleurs, la sortie de l’UE est au cœur du débat entre protectionnisme et libre-échange. Et les candidats qui proposent un Frexit promettent de fermer les frontières françaises pour se protéger des migrants et des réfugiés. Donc il est clair qu'une bonne partie de l’électorat fera son choix pour l’élection présidentielle en fonction de ce que disent les candidats sur cette question. >>Êtes-vous favorable à un référendum sur le Frexit ? Faites le test de la Boussole électorale pour savoir où vous vous situez par rapport aux candidats Qu'en est-il de l’électorat des différents candidats ? Sans surprise, les internautes ayant fait le test de la Boussole et soutenant Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont majoritairement en faveur de la tenue d’un référendum sur une sortie de l’Union européenne. Le consensus, cependant, varie énormément en fonction du candidat. Les soutiens de Marine Le Pen sont ainsi 91 % à se prononcer en faveur de la tenue d’un référendum sur une sortie de l’UE quand seulement 59 % des soutiens de Jean-Luc Mélenchon partagent cet avis. L’explication est simple. Marine Le Pen a mis au cœur de sa campagne toutes les thématiques liées au Frexit : diminution, voire arrêt, de l’immigration, augmentation des mesures protectionnistes et fermeture des frontières pour empêcher l’entrée de terroristes sur le territoire. En revanche, Jean-Luc Mélenchon a d’abord axé sa campagne sur le progrès social et la réduction des inégalités et c’est ce que retiennent en premier lieu ses électeurs. Les réponses à la Boussole électorale montrent d’ailleurs qu’une bonne partie d’entre eux sont en désaccord avec ses propositions en matière de politique étrangère ou sur le Frexit plus particulièrement. Concernant l’électorat d’Emmanuel Macron et de Benoît Hamon, les choses sont claires : les deux candidats sont opposés à la tenue d’un référendum sur un Frexit et environ 70 % des internautes les soutenant et ayant fait notre test sont sur la même ligne. En revanche, l’électorat de François Fillon est divisé sur cette question, sans qu’une majorité claire ne se dégage. Y a-t-il des ressemblances entre l’électorat du Brexit et celui du Frexit ? La deuxième question la plus recherchée sur Google au Royaume-Uni juste après le référendum sur le Brexit était : "Qu’est-ce que l’UE ?" Un manque d’information et d’éducation a semble-t-il contribué au vote en faveur du Brexit. Or, des parallèles peuvent être faits avec la France. Environ 44 % des personnes ayant fait notre test de la Boussole électorale qui ne suivent jamais l’actualité sont en faveur d’un référendum sur une sortie de l’UE. Par ailleurs, près de 55 % des Français qui ont répondu à la Boussole et ayant fait des études supérieures sont, eux, opposés à la tenue d’un tel référendum. La division socio-démographique qui a permis le Brexit se retrouve aussi lorsqu’il s’agit du Frexit. *Les données utilisées dans cet article sont issues des réponses des internautes à la Boussole électorale, un outil lancé par France 24 en partenariat avec Vox Pop Labs. Les données ont été analysées par Mickael Temporão, Yannick Dufresne et Justin Savoie, chercheurs à Vox Pop Labs.

Posté par cotreau66136 à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2019

En Arménie

L'Arménie est fière d'obtenir que la nation initiale adopte officiellement le christianisme (début du IVe siècle). Malgré des périodes d'autonomie, l'Arménie a subi au cours des siècles l'empire de divers empires tels que les Romains, les Byzantins, les Arabes, les Perses et les Ottomans. Tout au long de Planet Warfare I dans le pourcentage occidental traditionnel de l'Arménie, le Royaume ottoman a mis en place un plan d'assurance de réinstallation forcée couplé à d'autres pratiques dures qui ont entraîné au moins 1 milliard de morts arméniens. La partie orientale de l'Arménie a été cédée par les Ottomans à la Fédération de Russie en 1828; cette partie a déclaré son indépendance en 1918, mais a été conquise par l'Armée rouge soviétique en 1920. L'Arménie continue de travailler dans le conflit prolongé du Haut-Karabakh avec l'Azerbaïdjan. Le Haut-Karabakh était un lieu arménien essentiellement racial que Moscou a identifié en 1923 comme étant un oblast autonome à l'intérieur de l'Azerbaïdjan soviétique. A l'intérieur de la période soviétique, une activité séparatiste s'est développée qui a cherché à mettre fin au contrôle azerbaïdjanais de la région. Les combats au-dessus du Nagorno-Karabakh ont commencé en 1988 et se sont intensifiés après que l'Arménie et l'Azerbaïdjan ont obtenu leur indépendance de l'Union soviétique en 1991. Une fois le cessez-le-feu entré en vigueur en mai 1994, des séparatistes, avec le soutien de l'Arménie, ont géré le Nagorno Karabakh et plusieurs territoires azerbaïdjanais. Le cessez-le-feu de 1994 continuera de se poursuivre, malgré le fait que la violence persiste le long du type de contact séparant les facteurs opposés, ainsi que de la frontière internationale entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. La dernière position du Haut-Karabakh reste le sujet d'une médiation internationale par le biais du Groupe de Minsk de la Société pour la sécurité et la coopération de l'Union européenne (OSCE), qui œuvre pour aider les fins à compromettre pacifiquement le conflit. L'équipe de l'OSCE à Minsk est coprésidée par les États-Unis, la France et la Russie. La volaille a fermé la frontière commune avec l'Arménie en 1993 pour soutenir l'Azerbaïdjan dans la discorde avec l'Arménie au sujet du contrôle du Nagorno-Karabakh et des endroits encerclant, entravant davantage le développement financier arménien. En 2009, l'Arménie et la Turquie ont autorisé des pratiques normalisant les relations entre les deux nations, mais aucun des deux pays n'a ratifié les pratiques, et l'Arménie s'est officiellement retirée des méthodes en mars 2018. En 2015, l'Arménie est devenue membre de l'Union économique eurasienne avec la Russie. Fédération de Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan et le Kirghizistan. En novembre 2017, l'Arménie a signé un contrat de partenariat étendu et amélioré (CEPA) avec toute l'UE. Au printemps 2018, Serzh SARGSIAN du Republican Get together of Armenia (RPA) a démissionné et le chef du parti Civil Deal, Nikol PASHINYAN, est devenu Premier ministre. Retrouvez toutes les infos sur ce séminaire en suivant le lien.

Posté par cotreau66136 à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 novembre 2019

La survie passe par la cuisine

Le plus souvent, lorsque je décide de préparer un bon petit plat, je cuisine en me fiant à mon instinct. Et le résultat n'est pas toujours heureux, étant donné que j'ai pas mal de lacunes côté technique. J'ai de ce fait eu envie de faire des progrès aux fourneaux. Ce que j'ai fait dernièrement, en suivant un cours de cuisine à Dijon où j'ai ai découvert quelques techniques bien commodes qui évitent bien des désastres. Le seul truc que je regrette, c'est d'avoir fait ça sans mon épouse. J'ai bien essayé de lui expliquer à quel point ce serait bien, mais j'ai eu affaire à forte tête. Pour ma femme, la cuisine est une terra incognita. Ce refus total de la cuisine m'a toujours paru étrange. Pour elle, apprendre à cuisiner serait une manière de s'asservir à l'image de l'épouse vieille France. C'est en quelque sorte par esprit de contradiction qu'elle choisit de ne pas cuisiner. En ce qui me concerne, la logique m'échappe. Je ne m'arrête pas de m'occuper des réparations même si c'est un rôle dévolu à la gente masculine. A trop crier à l'égalité, on en vient souvent à garder un positionnement absurde. Néanmoins,j'ai arrêté de présenter ces arguments à ma femme. Quand elle s'est mise en tête quelque chose, il est presque impossible de la faire changer d'avis. Du coup, à la maison, le choix est limité : c'est soit la cuisine approximative de papa, soit les plats tout prêts. Il est peu probable que mes enfants deviennent de grands gourmets. Au passage, si vous n'avez rien contre les fourneaux, je vous conseille vraiment d'essayer les cours de cuisine pourrait vous séduire. L'ambiance y est conviviale et on y apprend beaucoup de trucs. Je vous mets en lien le site où j'ai trouvé mon bonheur, pour ceux qui veulent en savoir plus. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de cours de cuisine à Dijon.

Posté par cotreau66136 à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2019

Le business de l'internet en Afrique

La croissance d'Internet au Kenya a été si rapide au cours des cinq dernières années que avant. Il a révolutionné les médias sociaux en tant que l'un des réseaux les plus actifs et plate-forme de communication dans le pays. Des spécialistes ont mené des recherches sur les phénomène. Certains ont même qualifié le Kenya de "Silicon Savannah". Les Kenyans sont partie des populations en ligne en vie sur la planète. Le nombre d'utilisateurs augmente chaque jour de réveil. Les sites communs sont Facebook, Twitter, Linkedin, Youtube, Instagram et Whatsapp. Par exemple, les Kenyans sont les deuxièmes après les Sud-Africains en ce qui concerne le montant de tweets. Les réseaux sociaux remplissent d'autres fonctions que de socialiser. Trois acteurs clés ont adopté les médias sociaux et récoltent d'énormes avantages. Ils comprennent: LE GOUVERNEMENT. L'État a lancé la Journée des médias sociaux en 2010 et le célèbre le 30 juin, en tant que reste du monde. L'agenda consistait à reconnaître son impact à la fois aux niveaux mondial et local. communications. Les nombreuses plateformes numériques ont permis à l'administration kényenne diffuser des nouvelles à de nombreux citoyens. Avec une population croissante, un moyen de relais plus rapide les messages étaient inévitables. Dennis Itumbi, directeur des médias numériques, qui travaille au bureau du président, est fier des grandes initiatives prises par la République pour adopter pleinement les médias sociaux. Cependant, il note que la plupart des départements d'Etat sont encore à la traîne et n'ont pas encore l'a embrassé. Il cite l'amélioration de la marque Kenya et l'interaction avec le public comme la deux avantages cruciaux de passer au numérique. Le régime d'aujourd'hui a compris que les Kenyans avaient de multiples sources d'information et il appartient aux officiels de suivre le lot connecté. Il veut aussi entendre le public opinions afin qu'il puisse répondre à leurs préoccupations. Par conséquent, il utilise les médias sociaux pour tenir ouvrir des forums et discuter des politiques impliquant la population. Les fonctionnaires travaillent à la fourniture numérique de services. L'Internet facilite le libre-service, ce qui est rapide. Récemment, les conducteurs ont évité les longues files d'attente synonyme de renouvellement de permis de conduire en le faisant en ligne. C'était après le gouvernement introduit le citoyen électronique pour les services de paiement. Il a également utilisé les réseaux sociaux pour mobiliser les foules, en particulier pour un organisme de bienfaisance. cause. Par exemple, les Kenyans pour le Kenya, une initiative qui a permis de recueillir des fonds pour lutter contre la sécheresse victimes. En 2013, la même arène est devenue une lueur d'espoir pour l'attaque de la porte ouest. causalités et Kenyans en général. L'Etat sensibilise le public sur des questions de sécurité tous les le temps il y a un besoin. Il gère également les catastrophes en fournissant les statistiques nécessaires et en les renonciations. Beaucoup espèrent que tous les départements d'État passeront au numérique. A lire sur le site internet de de l'agence web Lille.

Posté par cotreau66136 à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2019

La chasse à l'adrénaline

Samedi dernier, j'ai réalisé un vieux rêve : j'ai pratiqué un vol en avion de chasse. Une demi-heure foncièrement difficile à dépeindre au point que j'ai hésité à faire un billet. Mais en même temps, si je ne partage pas une expérience de ce type, quelle est l'utilité de ce blog ? Avant-hier, je me suis donc rendu à l'aéroport pour y réaliser mon vol. Si vous vous imaginez peut-être L'étoffe des héros, je dois vous décevoir. Le vol ne s'est pas fait à bord d'un Rafale, mais quand même, il se faisait sur un Fouga (l'ancien appareil de la Patrouille de France : un appareil impeccable pour la voltige aériennes mais qui ne ressemble pas du tout à un avion de chasse, avec sa double queuesi singulière. Cependant, une fois que je me suis retrouvé solidement assujetti au siège, je me suis senti comme un poisson dans l'eau. Si ça commence en douceur, il convient de avertir qu'un vol de ce genre. D'ailleurs, il faut un examen médical pour pouvoir se lancer). Si tout va bien en début de vol, avec un vol à basse altitude, ça change rapidement quand on commence la voltige aérienne ! On ressent l'intensité du truc dès le premier tonneau, lorsqu'on est soudain pressuré contre son siège par la vitesse. La pression sur le corps est considérable. On encaisse 4,5 G par moments et on pèse alors 4,5 fois son poids normal ! On doit crisper les muscles autant que possible afin de éviter le voile noir. Bon, présenté de cette manière, ça s'apparente à une souffrance, mais c'est en fait une sensation exceptionnelle. Le plus compliqué, en fin de compte, reste de basculer des G positifs aux négatifs en une demi-seconde. Ca, ça remue clairement. Je sentais que l'intérieur de mon corps se prenait pour un yoyo. Ce qui, bien évidemment, n'est pas franchement la meilleure façon de garder son dernier repas en place. Et même si j'ai adoré l'expérience qui n'est semblable à aucune autre, j'ai été content (et attristé, dans même temps) lorsque nous avons pris la route du retour. Quand je suis redescendu, j'avais les jambes un peu flageolantes, mais j'étais heureux comme un pape. Plus d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce baptême en MiG29. Suivez le lien.

Posté par cotreau66136 à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2019

La destruction des fôrets

Alors qu’elles avaient pris des engagements pour limiter la déforestation, des multinationales de l’industrie cosmétique et de l’industrie agroalimentaire restent impliquées dans la destruction de forêts indonésiennes, révèle Greenpeace. L’organisation tire (encore une fois) la sonnette d’alarme face aux menaces très sérieuses que représente pour la biodiversité la production d’huile de palme, dont les conséquences se font lourdement sentir en Indonésie. Depuis fin 2015, 130 mille hectares de forêts - soit une surface huit fois plus grande que Bruxelles - ont été décimés par les producteurs d’huile de palme. En seize ans, près de la moitié de la population des orangs-outangs de l’île de Bornéo a disparu suite à la destruction de leur habitat par les producteurs d’huile de palme. Plus des trois-quarts du parc national Tesso Nilo (Sumatra), où vivent des tigres, des orangs-outans et des éléphants, ont été convertis en plantations illégales d’huile de palme. Des chiffres interpellants qui avaient déjà poussé les multinationales à s’engager à n’utiliser que de l’huile de palme éthique. Or, d’après une nouvelle étude, ces engagements ne sont absolument pas respectés. En effet, Greenpeace révèle que douze grandes marques de cosmétiques et agroalimentaires continuent à se fournir chez 20 sur 25 des producteurs dont les activités peu scrupuleuses ont été analysées. « Les multinationales des secteurs agroalimentaire et cosmétique comme Unilever, Nestlé, Colgate-Palmolive et Mondelez ont promis à leurs clients qu’elles n’utiliseraient que de l’huile de palme zéro déforestation, mais elles ne tiennent pas cette promesse », dénonce Philippe Verbelen, expert Forêt chez Greenpeace Belgique. Wilmar, le « plus gros négociant d’huile de palme du monde » déjà pointé du doigt par Greenpeace en 2013 est encore aujourd’hui le client principal de 18 de ces 25 producteurs. Certains de ceux-ci s’accaparent également les terres des communautés locales. « Notre enquête montre que l’huile de palme que Wilmar achète et vend est encore profondément entachée de déforestation » , ajoute Philippe Verbelen. Et ce, alors que le groupe agroalimentaire avait il y a cinq ans adopté une politique « zéro déforestation, zéro destruction des tourbières et zéro exploitation de la main d’œuvre ». Greenpeace fournit également dans son étude des preuves de l’exploitation des travailleurs et de conflits sociaux, de déforestation illégale, de développement de plantations sans permis ou dans des zones protégées et de feux de forêts liés au défrichage. Autre constat inquiétant : des zones qui étaient récemment largement épargnées par les producteurs d’huile de palme se voient elles aussi gravement menacées. C’est notamment le cas de la Papouasie indonésienne, une des régions du monde les plus riches en biodiversité, qui représente aujourd’hui 40% des zones déforestées (51 600 hectares). « L’industrie de l’huile de palme s’enracine en ce moment même en Papouasie et déforeste à un rythme alarmant. Si nous n’arrêtons pas ces producteurs sans scrupules, alors les magnifiques forêts de Papouasie seront détruites pour de l’huile de palme, à l’instar de celles de Sumatra et de Kalimantan », alerte Philippe Verbelen. Le secteur de la plantation - d’huile de palme et de pâte et papier- est le plus grand acteur de la déforestation d’Indonésie. Près de 24 millions d’hectare de forêt tropicale ont été détruits entre 1990 et 2015, selon les chiffres officiels du gouvernement indonésien. Et le non-respect de leurs engagements par les multinationales menace d’aggraver un phénomène déjà alarmant.

Posté par cotreau66136 à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2019

Suspendu au temps

Il y a quelques jours, j'ai expérimenté avec ma chère et tendre un vol en montgolfière. C'était au calme, et je dois dire que ça avait un petit goût de reviens-y. Je ne m'attendais pourtant pas à grand-chose au départ : c'est mon épouse ma femme qui m'avait fait du forcing pour qu'on se lance, mais je ne regrette absolument pas. Parce que les sensations là-haut sont splendides ! Bon, ce ne sont pas des sensations fortes comme celles qu'on peut avoir dans d'autres types d'appareils. Mais ce sont des sensations singulières. Et inoubliables ! Parce qu'on  profite du spectacle, mais c'est un peu plus profond que ça. Ca, ça n'a rien d'inhabituel, somme toute. Quand on s'élève dans les cieux à bord de ce balcon suspendu, l'on se détache complètement du monde. Et ça, c'est du pur bonheur. C'est quelque chose d'assez difficile à décrire. C'est un truc qu'on ne ressent pas du tout dans un hélico, par exemple. Peut-être est-ce dû au fait qu'on reste en contact avec les éléments. Je ne sais pastrop, mais c'est  ce qui rend l'aventure aussi unique. Les vols en montgolfière se passent aux premiers rayons du soleil (en journée, le soleil crée des courants d'air chaud qui empêchent les vols). On survole donc un monde encore ensommeillé. En fait, on a le sentiment d'admirer la naissance du monde. Qui plus est, avec la hauteur, tous les éléments du paysage rapetissent : on a donc un peu le sentiment d'être un ange assistant au réveil de sa Création. Je ne peux pas vous décrire ce qu'on éprouve là-haut : c'est incroyable. Ceci dit, il est clair que tous les passagers n'ont pas vécu la même expérience. Nous étions cinq à bord, et certains piaffaient seulement d'impatience à l'idée de distinguer leur rue sous un autre angle. Mais enfin, c'est comme pour un livre : il peut être perçu très différemment selon qui le lit ! Bref, si ça vous tente, tentez l'expérience. D'ailleurs, je vous mets en lien le site par lequel je suis passé pour ce vol en montgolfière. Si vous habitez non loin de l'aérodrome, foncez ! La vue est juste superbe. Et découvrir la Terre du point de vue d'un ange, ça vaut bien de se lever aux aurores ! En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste réputé de ce baptême en montgolfière.

montgolfiere_photo-1499793134087-005f63eebec1

 

Posté par cotreau66136 à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]